Sunny F16 rule ou règle du F16

La règle du F16 ou the Sunny F16 rule en anglais

Depuis les débuts de la photographie jusqu’aux années 1970, les photographes ne disposaient pas d’instrument capables de mesurer la lumière ambiante. Ils devaient alors faire une estimation manuelle de l’exposition. Avec l’habitude leurs estimations étaient devenues relativement précises, presque autant que les posemètres actuels.

La société Kodak, fondée en 1881 par George Eastman a été pendant de nombreuses décennies la plus grosse multinationale de la photographie. Elle a dominé de la tête et des épaules le marché mondial de la photographie pendant plus d’un demi-siècle. Elle résumait la règle du F16 avec le pictogramme « multilingue » ci-dessous, imprimé sur les fameuses boîtes jaunes dans lesquelles étaient emballées ses pellicules.

La règle du F16 était couramment employée et diffusée par tous les fabricants de pellicule et d’appareil photo. Cette règle du F16 était ensuite ajustée selon les conditions de lumière.

La base de la règle du F16 est : pour une sensibilité de 100 ISO et une vitesse de 1/100 ème de seconde, une ouverture de f/16 permettra une bonne exposition pour une scène claire en plein soleil. Cette règle est basée sur la lumière incidente.

Voici ci dessous quelques reproductions d’emballage de pellicules.
 

 

regle du F16
Sunny F16 rule
 
regle du F16
Kodak ecktachrome france
regle du F16
Fujichrome provia
 
 
 

regle du F16
Kodak Ultra
regle du F16
Fujicolor ISO200
regle du F16
Kodak
regle du F16
Kodak ecktachrome US
regle du F16
Fujichrome Velvia
regle du F16
Kodak Gold
regle du F16
Fujicolor ISO100
regle du F16
Kodak
 

 

Le zone system

Les photographes américains Ansel Adams et Fred Archer ont développé en 1939 une méthode se voulant plus précise, le zone system. Partant du principe qu’un support argentique ne peut rendre correctement une plage de contraste supérieure à dix ou onze crans de diaphragme (10 à 11 EV), Adams propose de diviser cet écart maximal en onze zones que l’on peut numéroter de 0 (noir absolu d’une émulsion positive) à 10 (blanc pur), en passant par toute une série de nuances de gris (Adams les numérotait en chiffres romains de 0 à X).

L’écart entre deux zones contiguës étant d’un diaphragme (1 EV), chaque zone est deux fois plus lumineuse que la précédente et deux fois moins que la suivante. La zone centrale (zone V) correspond à ce que l’on appelle le gris moyen (middle gray), qui renvoie 18% de la lumière qu’il reçoit (c’est le fameux gris à 18% des chartes Kodak). Sans entrer dans les détails, la méthode permet de donner un numéro de graduation aux différentes nuances, au lieu de dire simplement des choses imprécises comme « gris clair » ou « gris foncé ». Ce système permet de donner une valeur numérique à chaque nuance de luminosité perçue et de régler son exposition selon la luminosité de la scène. Le zone system est basé sur la lumière réfléchie.

 

 

regle du F16
Le zone system
 
Dernière mise à jour : 11 novembre 2018

Laisser un commentaire