Flou cinétique

Envie de faire une série de photo avec flou cinétique ?

D’abord, qu’est ce que le flou cinétique? – Cette notion est liée au flou de mouvement : si votre appareil est réglé sur une vitesse lente et que votre sujet bouge vous aurez un flou de mouvement, même si votre appareil est sur un trépied. Plus la vitesse sera lente et plus le flou de mouvement augmentera. Essayons d’exagérer ce phénomène : montons l’appareil photo sur un trépied et utilisons une télécommande pour s’assurer qu’il n’y a pas de flou de bougé. Prenons en photo une rue passante avec une faible ouverture (f/8 ou f/11) en pleine journée. A 1/500 ème de seconde, tout sera net : les passants et les voitures qui circulent aussi. A 1/100 ème de seconde : les voitures en mouvement commencent à être floues. A 1/10 ème de seconde : tout ce qui est fixe est net mais les passants et les voitures qui bougent sont flous. A 10 secondes : tout ce qui est fixe est net mais les voitures qui ne se sont pas arrêtées ont disparu de la photo. A 100 secondes : tout ce qui est fixe est net mais presque tout ce qui bougeait (voitures et passants) ont presque disparu du cliché. A 1000 secondes : tout ce qui est fixe est net mais tout ce qui bougeait (voitures et passants) ont disparu. Tiens tiens! voilà comment faire une photo d’un endroit sans aucune personne (sauf celles qui restent immobile pendant plusieurs minutes. 
Maintenant posons notre trépied avec l’appareil photo sur un bord de mer et faisons une pose très longue : 50 secondes par exemple. Alors tout ce qui est immobile est net. Par contre la surface de l’eau qui bouge, les vagues qui atteignent la côte et les bateaux seront lissés, cotonneux. C’est le flou cinétique. Quelle différence avec le flou de mouvement? Juste une différence de point de vue. On dit flou de mouvement lorsque ce n’était pas voulu, le photographe a mal réglé le temps de pose. Et on dit flou cinétique (c’est plus joli) lorsque c’était voulu par le photographe.

Photography workflow
Filtre ND400 - Exposition = 30 secondes

Les limites – Comment faire pour augmenter le temps de pose de façon importante tout en ayant une bonne exposition ? Généralement, on diminue au maximum l’ouverture, cependant tout système optique a une limite de diffraction qui détériore la qualité de l’image lorsqu’on s’en approche. C’est pourquoi vos objectifs ont une limite lorsqu’on veut fermer le diaphragme. Cette limite varie suivant la taille de la surface sensible. Pour les très grands formats (plaque de verre) c’est généralement f/64, en format médium c’est f/32, pour les reflex full frame c’est f/22 voire f/16, pour les APS-C et hybride la limite est f/11 et enfin pour les formats plus petits (gsm ou mobile) ça peut être f/8 voire f/5.6. Presque tous les objectifs sont optimisés au niveau du piqué (résolution d’image) pour une ouverture donnée : f/4 ou f/5.6, voir le site LensTip pour vos objectifs (): allez dans « lens », sélectionnez votre objectif puis dans la nouvelle page cliquez sur « review » à droite au dessus des photos de l’objectif, ou le site OpticalLimits. Il est donc préférable de travailler avec une ouverture f/5.6 ou f/8. Même si votre objectif est doté d’une ouverture très petite de f/22 pour un APS-C, ne perdez pas de vue que la diffraction qui en résultera va détériorer la qualité de votre photo. Voir également l’article précédent : Bien choisir ses objectifs.

Dépasser cette limite – Pour dépasser cette limite, il faut utiliser des filtres à densité neutre ou filtres ND ou encore filtres gris neutre. Ces filtres ne modifient ni la teinte, ni le rendu de couleur. Ils absorbent de manière égale les rayonnements visibles quelle que soit la longueur d’onde, permettant ainsi d’augmenter les temps de pose. En photographie, les filtres ND sont classés selon leur réduction de nombre d’ouverture en « diaphs », ou de leur densité optique (c’est équivalent), ou encore de leur coefficient multiplicateur de temps de pose. En microscopie, la transmittance est parfois utilisée. Par exemple, utiliser un filtre ND16 ne laisse passer qu’un seizième de la lumière : il permet d’ouvrir de 4 diaphs ou de multiplier le temps de pose par 16 tout en maintenant la même exposition. La notation de ces filtres est souvent un coefficient de temps de pose tel que NDx, comme par exemple ND400 (Hoya, B+W, Cokin), parfois noté en densité optique comme par exemple ND 0.9 qui équivaut à ND8, ou encore ND 1x ou x est la perte en diaphs. Vous pouvez bien sûr empiler plusieurs filtres (filter stacking en anglais), mais attention au risque de vignetage. Dans ce cas les coefficients des filtres se multiplient : ND8 + ND400 = ND3200. 
 
Une vitre de soudeur peut être utilisée (ça ne coûte pas cher, environ 20 €). Elle équivaut à un filtre ND1000 en général, cependant ces vitres ne sont pas gris neutre et il vous faudra bien ajuster la balance des blancs après la prise de vue.

Photography workflow
Filtres gris neutre

En pratique – D’après la régle du f16, pour une scène ensoleillée à 200 ISO et une ouverture f/8, il faut une exposition de 1/800 ème de seconde. En ajoutant un filtre ND400, le temps d’exposition augmente à 1/2 de seconde. Si on ajoute un filtre ND8 supplémentaire, le temps passe à 4 secondes. Avec un filtre ND1000, le temps d’exposition augmente à 1,25 de seconde. Si on ajoute un filtre ND8 supplémentaire, le temps passe à 10 secondes. Toujours avec une ouverture de f/8 et 200 ISO plus deux filtres ND400 + ND1000, le temps d’exposition devient 500 secondes. 
 
Cas particulier des feux d’artifices (f/16 et ISO 100 pendant 5 à 20 secondes en full frame) ou des trainées de feux des voitures la nuit (f/16 et ISO 200 pendant 10 à 30 secondes en full frame). Pour ces photos où des zones ponctuelles ont de fortes luminosités, il ne s’agit plus de flou cinétique, mais de traines lumineuses car heureusement les points les plus lumineux se déplacent et on veut enregistrer tout leur déplacement.

  1. Réglez votre appareil en mode Manuel et sur la sensibilité native (la sensibilité la plus faible sans extension : 100 ou 200 ISO)
  2. Réglez votre distance focale (généralement en grand angle : 24mm en équivalent 35mm ou full frame
  3. Réglez l’ouverture à f/8 pour les petits capteurs (micro quatre tiers ou APS-C) ou à f/11 pour les full frame
  4. Réglez la vitesse pour avoir une bonne exposition et notez le temps d’exposition correspondant en seconde, ce sera votre « TBase », par exemple Tbase = 0,01 pour une vitesse de 1/100 ème de seconde
  5. Faites la mise au point à la distance hyperfocus (voir l’article L’hyperfocale en pratique). Avec une ouverture f/8 en micro quatre tiers cela peut être environ 0,5 m pour une distance focale de 7,5mm, 1,25 m pour une distance focale de 12mm ou 2 m pour une distance focale de 15mm
  6. Décidez du temps d’exposition voulu en seconde puis divisez le par votre TBase et cela vous donnera le facteur de réduction de lumière, par exemple 100/0,01 = 10000
  7. Ajouter le ou les filtres gris neutre qui correspondent au facteur de réduction de lumière le plus proche (par exemple ND8 + ND1000 = ND8000)
  8. Recalculez le temps d’exposition exact en fonction des coefficients des filtres gris neutre (par exemple 0,01 * 8000 = 80 secondes
  9. Réglez la vitesse de l’appareil photo en mode BULB et déclencher avec la télécommande ou le déclencheur retardé

Remarques – Voici 3 petites remarques qui pourraient être utiles à certains :

  1. Le temps de prise de vue BULB est toujours limité sur tous les appareils photos et souvent le réglage usine est situé à environ 2 fois la durée pour laquelle le bruit chromatique devient important. Pour Olympus par exemple, la durée maximum est fixée à 8 minutes dans le paramètre « Timer bulb/Time ».
  2. Sur des poses longues le bruit du à l’échauffement du capteur apparaît souvent à partir de 4 ou 5 minutes de pose longue. Faire des poses longues jusqu’à 100 ou 250 secondes c’est bien, au delà vous risquez d’être déçu par la brusque montée du bruit.
  3. L’utilisation du Miops (Déclencheur intelligent et polyvalent pour appareil photo) est très conseillée. Dans ce cas on mettra le Miops en mode TimeLaps avec comme paramètres : Interval=5, Exposure=mm:ss et Limit=1.
  4. Il est possible d’empiler les filtres gris neutre, mais en prenant des précautions élémentaires afin d’éviter les effets de vignetage. Pour ma part, j’ai un zoom pouvant recevoir des filtres de 62mm, une bague de conversion 62mm->72mm et une autre bague de conversion 72mm->77mm. J’utilise 5 filtres gris neutre : ND400-62mm, ND8-62mm, ND8-72mm, ND8-77mm et ND1000-77mm (voir la photo plus bas). Pour chaque combinaison il y a au maximum un filtre monté en 62mm, un filtre monté en 72mm et un filtre monté en 77mm. Voir le tableau d’équivalence ci-dessous.
Photography workflow
Empilement de 3 filtres ND sur 3 diamètres différents - Pas de vignetage
Photography workflow
Combinaison de filtres ND
 

 

Dernière mise à jour : 8 octobre 2018

Laisser un commentaire