Une photo, une histoire : Sources et ravines de Saint Paul

La réserve naturelle de l’Etang Saint Paul est étonnante. C’est la seule zone humide de grande taille dans l’ouest de l’île de la Réunion, connu pour être une zone sèche. Son climat est tropical sec, et il y pleut en moyenne seulement 40 jours par an. Cette réserve est alimentée en eau par les sources et ravines de Saint Paul. Plusieurs sources pérennes, entre autre : la source du Moulin à Eau, la source Champcourt, la source Daguet, la source de la Roche Blanche, la source Bouillon, la source de la Grande Fontaine et la source de la Fontaine des Prêtres. Ce sont là les plus importantes et il y en a bien d’autres qui n’ont pas de nom. Ces sources sont pérennes, jamais à sec. Les pluies abondantes qui tombent dans les hauts de l’ouest s’infiltrent en grande partie dans la roche volcanique très poreuse, puis s’écoule lentement à travers la roche jusqu’à atteindre une nappe phréatique ou à alimenter un cours d’eau. Lorsque la nappe phréatique est remplie, elle déborde à quelques endroits sous la forme de sources. L’autre alimentation en eau de la réserve est bien sûr l’eau provenant des ravines de Saint Paul, dont les plus importantes sont : la ravine Bernica, la ravine Laforge et la ravine Divon. C’est de cette dernière que je vais vous parler.

Elle était connue autrefois sous le nom de ravine d’Hibon car Pierre Hibon s’était vu concédé les terrains qui bordent cette ravine en 1728. Puis elle est devenue ravine d’Yvon, avant de finalement être orthographiée ravine Divon. Dans les bas de l’ouest on ne connait que les deux derniers kilomètres de cette ravine. Elle prend source à proximité directe du Piton Maïdo avec plusieurs bras, et entraîne avec elle de nombreux autres bras de ravine jusqu’à Saint Paul. Cette ravine ayant une grande valeur patrimoniale, est entretenue depuis 2001 par une association soutenue par le Conseil Régional, la ville de Saint Paul et l’état. Lorsqu’on parcoure cette ravine sur ses presque deux kilomètres, on est loin d’imaginer que la ville est juste à côté. La végétation luxuriante dans cette ravine comprend : manguiers sauvages, papyrrus, jacinthes d’eau, baies rose, cœurs de bœuf, cannas, bibis jacquot, tamarins d’Inde, corbeilles d’or, songes, aloës, agaves, chokas, petits bambous, sansaverias, pruniers malgache, passiflore poc poc, bois noir, bougainvilliers, pisties, jujubiers, vavangues, zattes, corosoliers, lianes d’argent, badamiers, pompons soldat, sensitives, bambous communs, vétivers, caféiers, vacoas. La faune n’est pas en reste et on rencontre là bas : libellules, papillons, lapias, martins, s’rins, koutiyes, endormis, papangues, paille-en-queues et pétrels. Un bassin, le bassin Long, permet de se rafraîchir en été. Parfois même on y rencontre des lavandières péï comme celles ci-dessous que le photographe a immortalisé, mais cette scène est maintenant strictement interdite.

Vous pouvez voir toutes mes photos disponibles dans Ma banque d’images.

 

Sources et ravines de Saint Paul
Les lavandières de la ravine Divon - 6 févriers 2005

 

Sources et ravines de Saint Paul
Version Noir & Blanc de Les lavandières de la ravine Divon - 6 févriers 2005

 

Sources et ravines de Saint Paul
Version Sépia de Les lavandières de la ravine Divon - 6 févriers 2005

 

 

Dernière mise à jour : 25 février 2018

Laisser un commentaire