Photographe de mariage (Part 6) : Boom de la photographie

Les Booms de la photographie d’après guerre (De 1946 à 1970) – Bien que la photographie couleur existe depuis 1906, elle reste peu fiable et très coûteuse. Il faudra attendre les années 1935/1936, avec l’arrivée de l’Agfacolor puis du Kodachrome pour qu’on puisse obtenir des diapositives en couleur. L’Ektachrome permettra de démocratiser la photographie couleur à partir de 1946. La photographie de mariage restera en noir et blanc très très longtemps, jusque dans les années 1960. Le véritable boom de la photographie viendra de Leica en 1923 avec les pellicules de film 24×36 issus de la pellicule 35 mm du cinéma. La pellicule et les bobines sont restées les mêmes jusqu’à nos jours en photographie argentique. L’autre boom de la photographie sera l’arrivée des premiers appareils photo reflex à partir de 1935. C’est une révolution technique pour l’époque d’autant qu’il vient tout droit de Russie. La visée reflex permettra de faire de bons cadrages et une meilleure mise au point de l’objectif.

Pour diminuer les temps d’exposition, les photographes de portraits et de mariage avaient besoin d’une source de lumière intense. Les premiers flashes furent créés en 1887 à partir de poudre de magnésium. Celui ci dégage une lumière intense lors de sa combustion. Ce système était coûteux, dangereux (car le magnésium s’enflamme facilement) et aléatoire car le déclenchement était manuel. Les ampoules flashes sont inventées en 1930 à partir d’un filament d’aluminium dans une ampoule remplie d’oxygène pur. Celui ci s’enflamme au passage d’un courant électrique, produisant alors une lumière intense. Les flashes électronique n’arriveront que dans les années 1960.

Boom de la photographie
Mariage en 1953, en noir et blanc

 

 

Boom de la photographie
Mariage en 1948, en noir et blanc

 

 

Boom de la photographie
Mariage en 1949, en noir et blanc

 

 

Dernière mise à jour : 24 février 2018

Laisser un commentaire