Une photo, une histoire : Le Ti Bon Dié de Cayenne

photographe mariage la reunion
Le Ti Bon Dié de Cayenne - 15 août 2008

 

Les « Ti Bon Dié » de la Réunion – Ne jugez pas, n’ayez aucun préjugé ni aucune idée préconçue. La misère, la pauvreté, l’esclavage et le désespoir ont poussé les créoles et surtout les Mafatais à retrouver un peu d’espoir dans la religion et la foi. Même si cette ferveur était immense dans les années passées, elle a quelque peu diminuée, mais reste malgré tout très grande comparée à la ferveur en métropole où les églises sont vides. A la Réunion, on voit un peu partout au bord des routes des petits oratoires rouges. Ce sont des oratoires de Saint Expédit, patron des causes désespérées qui réclament un dénouement rapide.  En 1910, le poète allemand Christian Morgenstern raconte l’histoire de religieuses recevant une caisse de reliques sur laquelle était inscrit le mot « espedito ». Elles attribuèrent alors ces reliques à Saint Expédit (Sources : https://www.reunion.fr/decouvrir/traditions-reunionnaises/immersion-culturelle/religions-et-lieux-cultes/saint-expedit). Saint Expédit est devenu le patron des causes désespérées qui réclament un dénouement rapide. Sa statue représente un légionnaire romain, tenant dans sa main droite une croix sur laquelle est inscrit hodie (aujourd’hui). Son pied gauche écrase un un corbeau prononçant le mot cras (demain).

Mais le long des sentiers, Il est beaucoup plus fréquent de voir des oratoires dédiés à Jésus Christ, à la vierge Marie ou à Sainte Rita, patronne des causes désespérées. Le 24 mai 1900 Léon XIII canonise Sainte Rita. Déjà de son vivant, Sainte Rita obtenait de grandes grâces pour ceux et celles qui venaient la prier. Il est connu que l’intercession de Sainte Rita est très puissante auprès de Dieu. Sainte Rita permet à ceux qui vivent des situations d’immense détresse de les surmonter grâce à la foi et à l’espérance.

Attention, ces « Ti Bon Dié » sont sacrés, et vous verrez souvent des offrandes dans ces oratoires : des bijoux, des pièces de monnaie, de l’eau, du rhum, et même des chapelets. Ces oratoires sont toujours fraîchement fleuris, et il est absolument interdit de toucher aux offrandes. Personnellement, j’ai connu une randonneuse du dimanche en grande difficulté pour retourner à Deux Bras et qui a offert une bague d’une grande valeur à la vierge de cet oratoire. Elle a ensuite pu regagner indemne Deux Bras sans aucune autre aide. Huit mois après, lorsque je suis repasser devant cet oratoire, la bague était toujours là, dans les mains de la vierge.

 
 

Dernière mise à jour : 30 janvier 2018

Laisser un commentaire