L’histoire de la photographie (Part 4)

L’ancêtre du polaroïd – En juillet 1839, Hippolyte Bayard découvre le moyen d’obtenir directement des images positives sur papier. Un papier recouvert de chlorure d’argent était noirci à la lumière puis exposé dans la chambre noire après imprégnation dans de l’iodure d’argent. Le temps de pose était de 30 minutes à 2 heures. Éclipsé par Daguerre, il fera un « Autoportrait en noyé » et tombera dans les oubliettes de l’histoire. Au dos de l’autoportrait on peut encore lire :

«Le cadavre du Monsieur que vous voyez ci-derrière est celui de M. Bayard, inventeur du procédé dont vous venez de voir, ou dont vous allez voir les merveilleux résultats. À ma connaissance, il y a à peu près trois ans que cet ingénieux et infatigable chercheur s’occupait de perfectionner son invention. L’Académie, le Roi et tous ceux qui ont vu ses dessins que lui trouvait imparfaits, les ont admirés comme vous les admirez en ce moment. Cela lui a fait beaucoup d’honneur et ne lui a pas valu un liard. Le gouvernement, qui avait beaucoup trop donné à M. Daguerre, a dit ne pouvoir rien faire pour M. Bayard et le malheureux s’est noyé. Oh! Instabilité des choses humaines! Les artistes, les savants, les journaux se sont occupés de lui pendant longtemps et aujourd’hui qu’il y a plusieurs jours qu’il est exposé à la morgue, personne ne l’a encore reconnu, ni réclamé. Messieurs et Dames, passons à d’autres, de crainte que votre odorat ne soit affecté, car la tête du Monsieur et ses mains commencent à pourrir, comme vous pouvez le remarquer.»

photographe mariage la reunion
Auto portrait en noyé de Bayard en 1840
photographe mariage la reunion
La légende au dos de l'auto portrait

 

 

Dernière mise à jour : 2 juillet 2017

Laisser un commentaire