Les grands photographes – Robert Doisneau

Robert Doisneau (1912-1994) est l’un des photographes français les plus populaires d’après-guerre. En 1950, le magazine Life commande à Robert Doisneau un reportage photographique sur les amoureux de Paris. Assis en terrasse il fait ce cliché, qui paraît pris sur le vif, d’un baiser passionné entre deux amants au milieu d’une ville en mouvement. Doisneau avouera plus tard que cette image n’a pas vraiment été prise sur le vif. Voyant une première fois les amoureux s’embrasser sans pouvoir les photographier comme il le désirait, il leur aurait demandé de rejouer la scène, moyennant rémunération. Les deux protagonistes sont étudiants en théâtre. Françoise Delbart (née Bornet) et son petit ami Jacques Carteaud, sont alors élèves au Cours Simon.

Cette photographie passe presque inaperçue lors de sa publication dans les années 50, puis est devenue particulièrement célèbre avec la commercialisation en 1986 de 410 000 exemplaires d’un tirage au format affiche.

En 1992, devant le succès immense de la photographie, le couple Lavergne revendique être les amants de l’hôtel de ville, intente un procès pour violation de la vie privée, et réclament 500 000 FF au photographe. Ce procès fait ressurgir Françoise Bornet qui se fait connaître de Robert Doisneau et fournit la preuve qu’elle est bien l’un des protagonistes en montrant un cliché original, numéroté et estampillé donné par le photographe après la séance photo. Françoise Bornet fait elle aussi un procès et réclame 100 000 FF de rémunération complémentaire, ainsi qu’un pourcentage sur les bénéfices commerciaux. Jacques Carteaud refuse quant à lui de se joindre à la démarche, refusant de « transformer cette histoire photographique en histoire de fric ». Le 2 juin 1993, le tribunal de grande instance de Paris déboute en appel les trois demandeurs. Les époux Lavergne n’ont pas réussi à prouver qu’il s’agissait bien d’eux sur le cliché. Quant à Françoise Bornet, le tribunal considère qu’elle ne peut se prévaloir d’un droit à l’image n’étant, du fait de sa position, pas reconnaissable sur le cliché.

Françoise Bornet a vendu aux enchères son cliché original le 25 avril 2005. Mise à prix à 10 000 € chez Artcurial à Paris, il sera adjugé 185 000 € en présence de sa propriétaire.

 

photographe mariage la reunion
Le baiser de l’Hôtel de ville

 

 

Dernière mise à jour : 2 juillet 2017

Laisser un commentaire