Focus bracketing et focus stacking

Focus bracketing – Ce terme est bien connu des photographes de macro, beaucoup moins connu auprès des photographe de mariage surtout à la Réunion. Le focus bracketing consiste à faire plusieurs dizaines de photos d’une même scène à différentes valeurs de mise au point. Ensuite on va empiler ces photos et prendre les zones les plus nettes de chaque photo, ce qui s’appelle le « Focus stacking ». Le but est d’augmenter la profondeur de champ sur les petits objets, surtout en macro où la profondeur de champ est ridiculement faible. Faire la macro d’une mouche et ne voir qu’une petite zone des yeux nette est frustrant et on voudrait avoir toute la mouche nette.

Le focus bracketing existe depuis plus de 10 ans, avec l’utilisation d’un petit chariot sur lequel était monté l’appareil photo. Au départ, la mise au point est faite en manuel sur le point le plus proche de l’objectif. Lors des prises de vues successives le chariot avance par pas d’un dixième de millimètre à chaque photo (ou parfois moins).

Le focus stacking existe aussi depuis plus de 10 ans, mais les débuts ont été difficiles car il n’existait pas de logiciel dédié. Tout devait se faire sous photoshop.

Il y a donc deux termes différents à retenir :

  1. Focus bracketing : faire une série de photo avec différentes mise au point

  2. Focus stacking : empiler les photos afin d’avoir une photo avec le plus possible de zones nette

Olympus – Pourquoi je parle de focus bracketing? Parce que Olympus a toujours été innovateur et donc, il a été le premier constructeur à intégrer dans ses appareils photos le focus bracketing en 2016, puis le focus stacking en 2017. Panasonic a emboîté le pas avec le « Post focus » fin 2016. Les appareils suivants ont le focus bracketing (avec la dernière mise à jour firmware) :

  1. OMD E-M1 Mark II (focus bracketing + focus stacking)

  2. OMD E-M1 (firmware version 4.0) (focus bracketing + focus stacking)

  3. OMD E-M5 Mark II (firmware version 2.0) (focus bracketing)

  4. OMD E-M10 Mark II (focus bracketing)

  5. PEN-F (focus bracketing)

  6. TG5 (focus bracketing + focus stacking)

Ces appareils bénéficie en plus du focus stacking intégré (pas besoin de logiciel extérieur) :

  1. OMD E-M1 Mark II (focus bracketing + focus stacking)

  2. OMD E-M1 (firmware version 4.0) (focus bracketing + focus stacking)

  3. TG5 (focus bracketing + focus stacking)

Le focus stacking sur les OMD E-M1 et OMD E-M1 Mark II n’est possible qu’avec les objectifs suivants (En date du 31 Dec. 2016) :

  1. M.Zuiko ED 7-14mm f:2.8 PRO

  2. M.Zuiko ED 12-40 f;2.8 PRO

  3. M.Zuiko ED 40-150 f2.8 PRO

  4. M.Zuiko ED 300mm f:4 IS PRO

  5. M.Zuiko ED 8mm f:1.8 Fisheye PRO

  6. M.Zuiko ED 30mm f:3.5 Macro

  7. M.Zuiko ED 60mm f:2.8 Macro

Utilisation – Le focus bracketing se fait toujours avec l’obturateur électronique et le nombre de photo n’a pas d’incidence sur la durée de vie de l’obturateur mécanique des appareils Olympus (Dont la durée de vie avoisine les 200 000 déclenchements). Depuis le second menu, mettez Bracketing sur On, et entrez le nombre de photos (de 3 à 999) et le pas du focus (entre 1 et 10). La valeur 1 est le plus petit pas de variation de focus, adapté pour la macro. La valeur 10 est le plus grand pas de variation de focus, adapté aux photos de paysage.

Trépied – Il est grandement conseillé d’utiliser un trépied pour faire du bracketing, surtout du focus bracketing, et surtout en macro. A noter que s’il s’agit de photo de paysage en faible longueurs focales (grand angle), on peut faire des focus bracketing de 3 à 10 photos à main levé.

Premier focus – Le premier focus doit être fait sur le point que vous voulez net le plus proche de vous. Au besoin, positionnez le rectangle d’autofocus sur ce point, appuyez à mi-course sur le déclencheur, tournez légèrement la bague de mise au point pour rapprocher davantage la mise au point vers vous, puis appuyez à fond le déclencheur. La série de photo sera prise à la cadence du mode rafale, mais avec l’obturateur électronique.

Montage de l’image finale – Si comme moi vous n’avez ni l’OMD E-M1 ni l’OMD E-M1 Mark II, alors il vous faudra faire le focus stacking sur ordinateur avec le logiciel adéquat. Voici les gratuits qui fonctionnent très bien :

  1. CombineZP : http://downloads.informer.com/combinezp/download/ – Après avoir chargé la série de photos, il faudra d’abord utiliser « Align and Balance Used Frames (Thor », puis cliquer sur « GO ». Ensuite choisissez une des méthodes de stacking et cliquez à nouveau sur « GO ». Moi j’aime bien la méthode « Do Weighted Average ».

  2. Picolay : http://www.picolay.de/ – Résultats un peu en retrait par rappord à CombineZP

  3. Photoshop CS4 à CS8 : Automatisation -> Photomerge, puis supprimer les masques de fusion, Sélectionner tous les calques, Édition->Fusion automatique des calques, et choisissez empilement des images.

  4. D’autres logiciels existent mais ils sont payants et les plus connus sont : Zerene Stacker et Helicon Focus sont les plus connus. Cependant j’ai eu quelques désagréments avec ces deux logiciels lors des essais, et je conseillerai plutôt d’apprendre à bien utiliser CombineZP ou Photoshop.

photographe mariage la reunion
Chariot Manfrotto
photographe mariage la reunion
Chariot Novoflex
photographe mariage la reunion
Chariot Velbon
photographe mariage la reunion
Exemple des deux cygnes - Photo sans focus stacking
photographe mariage la reunion
Focus stacking de 22 photos avec incrément de 1, distance ~ 10 cm
Prise de vue objectif 12-40mm f/2.8 : 40mm (80mm en équi 35mm) - f/4 - 1/125 ème - iso 200
photographe mariage la reunion
Le menu de CombineZP

 

Autre exemple, des fleurs :

photographe mariage la reunion
Photo de fleurs sans focus stacking
photographe mariage la reunion
Focus stacking de 21 photos avec incrément de 1, distance ~ 150 cm
Prise de vue objectif 75mm f/1.8 : 75mm (150mm en équi 35mm) - f/2 - 1/640 ème - iso 200

 

Comparaison des logiciels – L’assemblage de la série d’images est toujours délicate car le résultat final dépend énormément de la méthode de focus stacking. Aussi voici les différentes images finales obtenues pour une série de 26 photos avec incrément de 2, faites à une distance d’environ 4 cm, d’une orchidée très commune. Prise de vue objectif 12-40mm f/2.8 : 40mm (80mm en équi 35mm) – f/4 – 1/60 ème – iso 200.

photographe mariage la reunion
Photo de l'orchidée sans focus stacking
photographe mariage la reunion
Focus stacking avec Picolay
photographe mariage la reunion
Focus stacking avec CombineZP - Méthode Do-stack - Temps = 40 secondes
photographe mariage la reunion
Focus stacking avec CombineZP - Méthode Weighted-average - Temps = 1 minute et 47 secondes
photographe mariage la reunion
Focus stacking avec CombineZP - Méthode Pyramide-do-stack - Temps = 50 secondes
photographe mariage la reunion
Focus stacking avec CombineZP - Méthode All-methods - Temps = 6 minutes et 45 secondes
photographe mariage la reunion
Focus stacking avec Photoshop CS8 - Temps : 30 secondes
photographe mariage la reunion
Focus stacking avec Helicon Focus
photographe mariage la reunion
Focus stacking avec CombineZP - Do-soft-stack - Temps = 40 secondes
photographe mariage la reunion
Focus stacking avec CombineZP - Méthode Pyramide-weighted-average - Temps = 45 secondes
photographe mariage la reunion
Focus stacking avec CombineZP - Méthode Pyramide-maximum-contrast - Temps = 35 secondes

 

Conclusion – Comme on peut le voir, Photoshop fonctionne particulièrement bien pour faire du focus stacking. Ensuite CombineZP – Méthode Weighted-average donne de très bons résultats, mais je n’ai pas exploité tous les paramètres possibles de ce logiciel. Par contre ce que je peux dire c’est qu’Olympus nous propose là une grande avancée au niveau de la créativité : pouvoir définir la taille de la profondeur de champ quelque soit l’objectif utilisé lorsque l’ouverture utilisée implique une profondeur de champ faible pour une prise de vue. Avec ce focus bracketing, on peut par exemple obtenir la photo d’un beau bouquet de fleur entièrement net avec un bokeh poussé à fond (ouverture f/1.8), ou alors un paysage entièrement net du début jusqu’à l’infini en utilisant une grande ouverture.

 

Dernière mise à jour : 1er juin 2017

Laisser un commentaire