Micro quatre tiers ou full frame

Full frame contre micro quatre tiers – Après quelques mois d’utilisation du micro quatre tiers d’Olympus, je peux faire ici une évaluation réaliste par rapport au full frame Canon que je connais depuis plus de 10 ans. L’arrivée du Canon 5D en 2005, puis des Mark II, Mark III et Mark IV, du Canon 6D, j’avais été un fervent photographe Canon. Mais la donne a changé il y a quelques années avec les premiers hybrides Olympus. Equipé maintenant avec des Olympus E-M5 et E-M5 Mark II, j’utilise ces deux catégories d’appareils. Voici mes impressions point par point en comparant ces appareils photos dans le cadre d’une utilisation professionnelle de photographe de mariage à la Réunion, et dans le cadre d’un passionné de photo. Que ce soit Nikon ou Canon, les DSLR (Digital single-lens reflex) sont très semblables. Il en est de même pour Les caméras Mirrorless (sans miroir ou EVIL – Electronic Viewfinder Interchangeable Lens) ou hybride Olympus ou Panasonic.

photographe mariage la reunion
L'Olympus OM-D E-M1 Mark II, l'hybride qui bouscule les reflex haut de gamme

 

1 – Taille et poids – Nombreux sont les photographes professionnels ou les amateurs qui se plaignent du poids et de l’encombrement de leurs DSLR et des objectifs associés. C’est aussi mon cas et c’est la première raison qui m’a poussé à essayer le format micro quatre tiers. En DSLR il me faut un gros sac à dos pour emmener mon matériel qui comprend 2 canon 6D, 2 zoom à ouverture f/2.8 (Tamron 15-30mm f/2.8 et Tamron 24-70mm f/2.8), plus les flash et les petits à côtés (accus de rechange, chargeurs). Hors de question de prendre en plus le Tamron 70-200m f/2.8 car ça ferait trop lourd. Là je m’en tire avec un sac de 7,5 kg. En hybride j’utilise un sac bandoulière KALAHARI Kapako K31 dans lequel je fais rentrer mes deux appareils : Olympus E-M5 et Olympus E-M5 Mark II, un zoom 12-40mm f/2.8, 3 focales fixes : 15mm f/1.7, 45mm f/1.8 et 75mm f/1.8, 1 flash Nissin, des accus de rechange et chargeurs. Soit un sac de 3,7 kg. La différence est énorme, ça va du simple au double pour le poids, et du simple au triple au niveau de l’encombrement.

2 – Qualité et disponibilité des objectifs – Olympus était déjà connu pour les objectifs de haute qualité, et ils n’ont pas déçu en passant au micro quatre tiers. La qualité des objectifs PRO est aussi bonne que n’importe quel objectif Canon ou Nikon. Avec les focales fixes, vous devrez peut-être fermer un peu l’objectif pour obtenir d’excellents résultats, mais il en va de même pour les objectifs de grande ouverture de toute marque. Mon préféré est l’objectif principal de 75 mm f/1.8, il possède un magnifique bokeh crémeux. Il en va de même pour les objectifs Panasonic et notament les gammes Leica Summilux et Nocticron. La comparaison de taille et de poids est très nettement à leur avantage comparés aux objectifs Canon ou Nikon pour des qualités semblables.

3 – Utilisation à des sensibilités élevées – Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la différence de bruit entre les hybrides micro quatre tiers et les DSLR Nikon ou Canon est faible. Avec mes Canon 6D je travaille souvent à 3200 ISO et je filtre le bruit dans Lightroom. Eh bien avec mes Olympus E-M5 c’est pareil. Le bruit est parfaitement maitrisé jusqu’à 3200 ISO et facile à filtrer sous Lightroom.

4 – Profondeur de champ – Le problème se pose surtout pour un photographe de mariage, lorsqu’on fait du portrait ou lorsqu’on a besoin d’isoler le sujet. Mais les objectifs de portrait sont excellents, que ce soit l’extraordinaire 75mm f/1.8 ou l’excellent 45mm f/1.8, ils font tous les deux très bien leur job. Souvent dans les lieux sombres j’ai besoin de plus de profondeur de champ avec une grande ouverture à cause du manque de lumière et c’est le plus que m’apporte le micro quatre tiers avec lequel je peux shooter à f/2.8 au lieu de f/5.6 en full frame.

5 – Performances Autofocus (AF) – Le plus des hybrides est que leur mise au point à détection de contraste fonctionne à merveille sur des sujets statiques ou lentement mobiles. Souvent ça fonctionne mieux que sur les DSLR. Ajoutez à cela la possibilité de choisir la zone de focus sur l’écran tactile, d’avoir le focus peaking lors d’une mise au point manuelle plus précise, c’est réellement mieux que les DSLR. Là où les DSLR font mieux que les hybrides ce sont sur des sujets mobiles où la mise au point à détection de phase est beaucoup plus rapide. Mais là encore les choses bougent et l’Olympus E-M1 Mark II a bousculer la hiérarchie, intégrant à la fois la mise au point à détection de contraste et la mise au point à détection de phase.

6 – Viseur électronique (EVF) – La qualité des viseurs électroniques est telle que cela procure une qualité de visée comparable aux DSLR. Mais ils ont des plus par rapport à la visée optique (E-M5 Mark II) : le focus peaking dans la viseur en mise au point manuelle, l’affichage de l’histogramme en live dans le viseur, l’aperçu des photos dans le viseur.

C’étaient là mes six points importants de comparaison entre les deux systèmes et qui me font préférer Olympus à Canon.

Dernière mise à jour : 24 mai 2017

Laisser un commentaire