Formation à la photographie numérique – Modes de prise de vue

Formation à la photographie numérique – Modes de prise de vue

 

Modes de prise de vue
Tous les appareils photos permettent d’utiliser différents modes de prise de vue. Nous allons développer ici les modes les plus courants que l’on trouve sur les appareils reflex, hybride ou bridge. Ces appareils reprennent les principes existant sur les appareils argentiques mais il s’y ajoute des modes plus complexes permis par un fonctionnement entièrement électronique, comme par exemple la possibilité de faire varier la sensibilité ISO.


photographe mariage la reunion
 

Certains vrais photographes professionnels utilisent souvent un seul mode : le mode manuel. Bien utilisé, il permet de réussir parfaitement toutes ses prises de vue par un contrôle total de tous les paramètres. Les modes automatiques entendent simplifier l’utilisation des appareils et remédier ainsi à leur complexité. En contrepartie, le choix d’un mode automatique interdira l’accès à un nombre plus ou moins grand de réglages et le photographe se verra imposer ce qui peut être optionnel dans d’autres modes.

photographe mariage la reunion
 

Mode A+ ou AUTO
C’est un mode entièrement automatique (tout auto) facilement repérable par sa couleur verte sur le sélecteur de mode. Tout est donc automatique mais l’utilisateur n’a aucune action possible sur la plupart des paramètres techniques. Le flash se met en service automatiquement s’il existe et on ne peut régler la sensibilité ISO. Les choix sont donc limités au minimum possible et la plupart des commandes sont désactivées. C’est un mode bien pratique pour les débutants.

Mode CA
C’est le mode tout auto créatif. Il comble quelques lacunes du mode A+ ou AUTO, en offrant la possibilité de modifier l’ouverture et permettre ainsi une certaine créativité.

Mode P
Dans le mode programme (P pour programme, programme d’exposition automatique), l’appareil assure automatiquement le choix de la vitesse et de l’ouverture suivant un programme en fonction du niveau de luminosité de la scène photographiée. Toutefois, contrairement au « tout auto » et aux modes programmes des appareils plus simples, l’utilisateur peut effectuer un « décalage de programme », autrement dit modifier l’ouverture choisie par l’appareil, la vitesse étant automatiquement ajustée en fonction de ce choix. Contrairement au mode « Tout Auto », il est également possible de choisir la sensibilité ISO, l’utilisation du flash ou non et diverses commandes ou options sont disponibles. C’est un mode idéal pour les débutants car il offre une liberté de création en permettant le réglage de l’ouverture par décalage de programme.

Mode Av ou A
C’est le mode priorité ouverture (Av pour aperture value, ouverture en anglais). Ce mode est le préféré de nombreux photographes, voire le seul qu’ils utilisent intensivement, car il permet un contrôle certain de l’image obtenue. L’ouverture (donc la profondeur de champ et l’aspect général de l’image) est fixe et l’appareil règle la vitesse. En surveillant que cette vitesse ne sorte pas des limites admissibles (essentiellement trop basse et donc susceptible de générer une image floue par bougé) le résultat sera conforme à ce qui est souhaité. Par ailleurs, il permet d’utiliser ses objectifs à l’ouverture optimale. C’est le mode préféré de nombreux photographes.

Mode Tv ou S
C’est le mode priorité vitesse (Tv pour time value, ou S pour speed en anglais). Dans ce mode, le photographe choisit la vitesse et l’appareil règle l’ouverture. C’est le mode souvent recommandé pour les sujets mobiles puisqu’on peut choisir un temps de pose assurant une bonne netteté en figeant le mouvement. On peut aussi créer un effet de flou ou de filé par une vitesse basse. C’est toutefois un mode qui peut donner des résultats décevants car le nombre de valeurs d’ouverture utilisables est souvent très limité.

Mode M
C’est le mode manuel. L’utilisateur choisit librement la vitesse et l’ouverture. Pour régler correctement l’exposition, il dispose du posemètre de l’appareil qui indique une valeur par rapport à l’exposition qu’il considère comme juste. Le photographe peut aussi utiliser des mesures effectuées avec un posemètre séparé ou toute autre méthode de son choix sans faire appel aux indications de l’appareil. Ce mode est indispensable pour des cas particuliers où les posemètres intégrés donnent des résultats incertains (par exemple la photo de spectacle) ou lorsque l’éclairage est fixe (par exemple en studio) et l’exposition doit l’être également, le posemètre intégré ne reflétant que les différences de luminance du sujet ou son importance dans le cadrage. Ce mode est incontournable pour les photos en studio ou les prises de vue avec flash professionnel.

Modes SCN ou SCENE
Pour faciliter l’utilisation d’un appareil offrant une multitude de réglages, les constructeurs proposent les modes dits « Scène » ou appellation similaire où un ensemble de réglages est automatiquement mis en œuvre pour réaliser une prise de vue classique dans une situation souvent rencontrée, comme par exemple un paysage, un portrait, un gros plan, un enfant, un événement sportif, etc… Le choix est effectué soit via des pictogrammes sur le sélecteur de mode soit par une sélection sur écran, avec affichage éventuel d’une photo typique. L’utilisateur conserve la possibilité d’effectuer certains réglages mais ils sont fonction du type de scène sélectionnée. Ce mode de prise de prise de vue a l’avantage de la simplicité et de l’efficacité mais tous les ajustements réalisés automatiquement par l’appareil ne sont pas toujours indiqués dans le détail. Ils ne conviennent donc pas lorsque l’utilisateur recherche un rendu précisément déterminé.

Mode avec sensibilité ISO variable
Ce mode fait partie des modes complexes. Les boîtiers numériques étant contrôlés par microprocesseur et la sensibilité ISO étant variable (contrairement à l’argentique où elle est fixée par le type de film chargé dans l’appareil) de nouveaux modes d’exposition prenant en compte, de façon plus ou moins élaborée, les trois paramètres de l’exposition (ouverture, vitesse, sensibilité ISO) sont devenus possibles. Les possibilités dépendent du modèle d’appareil mais, par exemple dans le mode priorité ouverture, il est possible de définir une plage de variation de la sensibilité ISO et une vitesse d’obturation minimale. Cela crée un mode complexe où, à partir d’un paramètre contrôlé par le photographe, les deux autres paramètres de l’exposition varient suivant des règles adaptées au sujet photographié et au résultat souhaité. Des paramètres encore plus raffinés, comme la focale de l’optique utilisée, peuvent être pris en compte dans la détermination de la sensibilité et de la vitesse à utiliser comme sur les appareils les plus récents.

Bracketing
Le bracketing consiste à faire varier automatiquement un paramètre de prise de vue dans une séquence de photos prises à la suite. Le plus connu est le bracketing d’exposition, mais on peut aussi faire varier la balance des blancs, la puissance du flash ou d’autres paramètres. Les possibilités offertes dépendent du modèle d’appareil. Il est généralement possible de choisir le nombre d’images et le pas (ou incrément) de l’opération. Notez que certains modes de bracketing peuvent n’avoir aucun sens en fonction des réglages adoptés et l’appareil refusera généralement d’effectuer l’opération. Par exemple, le bracketing de la balance des blancs n’a aucune utilité si vous photographiez en RAW puisque n’importe quelle correction de ce paramètre peut être effectuée en post-traitement.

Mode B
C’est le mode de pose longue (bulb en anglais). Dans ce mode, l’obturateur reste ouvert tant que le déclencheur est appuyé. Il est indispensable d’installer votre appareil sur un pied pour ne pas avoir de flou de bougé. Il est aussi fortement conseillé d’utiliser une télécommande pour éviter les vibrations lors de l’appui sur le déclencheur. Ce mode est utilisé pour photographié le ciel en nocturne, ou pour faire des prises de vue très longue dans la pénombre.

Mode HDR
Un nombre croissant d’appareils permet d’obtenir des prises de vue HDR directes (gamme dynamique élevée). Trois images seront prises à différentes expositions (exposition standard, sous-exposition et surexposition), puis fusionnées ensemble automatiquement. L’image obtenue permet de conserver une plage tonale ample où les détails dans les hautes lumières et les ombres (basses lumières) seraient autrement perdus. Attention, le mode HDR ne peut fonctionner que pour des prises de vues en jpeg.

Expositions multiples
La surimpression c’est-à-dire la prise de plusieurs images sur la même surface sensible peut être utilisée soit dans un but artistique soit dans un but technique comme obtenir sur une même photo des éléments ayant des luminosités trop différentes pour faire l’objet d’une prise de vue unique. Cette fonction n’existe pas sur tous les modèles et elle peut faire l’objet de nombreuses options comme le nombre d’images à superposer et la correction automatique de l’exposition en fonction du nombre d’images. Certains modèles permettent aussi de superposer des photos au format RAW après prise de vue ce qui est une autre façon de travailler. Attention, trépied obligatoire.

 

A suivre!

 

Dernière mise à jour : 29 février 2016

Laisser un commentaire